Rejoignez-nous !

Bon plan

Facebook et Twitter des Jeunes Actifs

facebook.com/jeunes.actifs     twitter.com/jeunesactifs

Derniers commentaires

Dossiers spéciaux

L’expatriation des jeunes actifs

L’exil des français à l’étranger est devenu l’objet d’un vif débat à l’assemblée nationale pour permettre à nos chers élus de se faire une opinion sur le bien-fondé de la rumeur qui voudrait que les jeunes actifs partent en masse de la France pour s’établir à l’étranger en vue de fuir les conditions moroses de l’emploi.

« Mesdames, Messieurs,

Dans un contexte économique morose, marqué par le niveau élevé du taux de chômage, et tout particulièrement celui des jeunes, les médias, tant nationaux qu’étrangers, se sont fait l’écho depuis plusieurs mois d’un phénomène grandissant d’expatriation hors de France de jeunes diplômés, d’entrepreneurs et d’entreprises, de contribuables aisés, d’artistes… Ceux-ci se rendraient sous des cieux fiscaux et économiques plus cléments, compte tenu du fort accroissement de la pression fiscale en France au cours des deux dernières années, mais aussi de la moindre attractivité de notre pays, qui ne favoriserait pas suffisamment l’innovation, la création d’entreprises et le développement économique au sens large.

Au-delà d’effets de mode éditoriaux, il s’agit d’un sujet essentiel pour l’avenir et le dynamisme de la France. »

Source : assemblee-nationale.fr ›

Je suis un jeune actif, j’ai commencé ma vie active à 28 ans et j’en ai 36, je confirme que j’ai quitté la France pour les États-Unis avec un énorme ras-le-bol du racket fiscal et social de mon pays d’origine. J’ai aussi pu découvrir d’assez près le monde politique en tant que militant très investi et cadre de l’un des 2 plus grands partis de France, ce que j’y ai vu m’a totalement dégoûté. Et mes interventions politiques m’ont coûté en prime une liquidation judiciaire, qui m’avait été annoncée plusieurs mois avant son avènement par un « ami » politique : « ce serait dommage que ta boîte prenne des contrôles fiscaux et sociaux, c’est une belle boîte, ce serait dommage qu’elle ferme ». Non seulement la France n’est pas honnête avec les entrepreneurs, mais ceux qui dirigent le pays au plus haut niveau ne me semblent pas du tout animés d’une bonne intention. J’ai aussi pu entendre des phrases comme « la démocratie est une vue de l’esprit », par le fils d’un homme politique de tout à fait premier ordre (lui-même était député).

Je ne vois pas bien ce qui aurait pu me retenir en France. Les normes partout, une instabilité fiscale et sociale incroyable, une lenteur administrative phénoménale, une administration extrêmement hostile aux entrepreneurs, un racket fiscal inadmissible (je ne suis le fils de personne, j’ai du me construire tout seul, quand je voyais des « fils de » hériter de postes politiques très bien rémunérés qui avaient franchement la main sur les objets publics, qui pratiquaient eux-mêmes du lobbying pour protéger leurs propres intérêts… je n’ai pu que constater que la formule doxale « tous pourris » était bien fondée) et les débats politiques animés par des journalistes en quête de buzz gratuit… mais quel argument reste t-il aux politiques pour convaincre les jeunes actifs de rester dans ce pays ?

Le débat parlementaire sur le sujet démontre surtout que nos élus observent la réaction des français pour maintenir la situation : ils ont la main dans notre poche et attendent de voir s’ils ont passé la ligne rouge pour continuer ou modifier les argumentaires pour convaincre que ça peut encore durer. C’est une blague ou quoi ?

Évidemment que de nombreux français s’expatrient pour fuir le pays ! Certes, ce n’est pas Bagdad et la France est un grand pays. Mais ce n’est pas parce que le pays a une belle histoire derrière lui qu’il a un avenir.

Aujourd’hui, la plupart des business passent par Internet. Un tunisien à plein temps sur un site coûte chargé entre 200 et 800 euros par mois. Un français, pour le même travail, est rémunéré entre le SMIC et 3000 euros par mois, soit chargé entre 1800 et 4500 euros par mois. Les charges sur les salaires, les 35 heures, l’URSSAF qui tape partout où ça bouge encore… mais quel homme politique est assez aveugle pour ne pas comprendre que partir est juste la meilleure solution ?

Qu’on parte à Miami, à Tunis, à Dubaï, à Londres, à Hong-Kong, à LA, à NY… le business est meilleur. Tous les jours je m’aperçois à quel point jamais je ne pourrai revenir en France. D’ailleurs, je n’en ai pas la moindre envie. Juste le fait d’allumer la télé et de voir Sarkozy, Hollande, Le Pen me déprime. C’est quoi ces gens qui veulent diriger la France ? Ont-ils vu plus loin que Neuilly, Tulle ou St-Cloud ?

Aujourd’hui, j’ai une agence à Tunis, une autre à Miami, une autre à LA, je fais du business entre ces villes plus NY et Dubaï, mais je continue à lire Le Monde, à regarder BFM… juste pour voir si ça va dans le bon sens. Ce ridicule rapport parlementaire m’a fait bondir. Messieurs les politiques, vous n’êtes juste plus du tout crédibles. Quitter la France, c’est for-mi-dable ! Une délivrance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *